1972 - Match 30 décembre - Henri Ziegler (2) - Page 40-41

Dimensions affichées 730 x 439 - Dimensions réelles 2048 x 1232 - 415 ko 
Un clic pour taille normale

ZIEGLER

Il veut construire un véritable Marché commun de l'aviation

De son nouveau bureau parisien, boulelevard Montmorency (photo de gauche), Henri Ziegler peut, en une seconde, faire apparaître sur des panneaux coulissants la carte mondiale de l'aviation. La pièce - couleurs chaudes, dossiers peu nombreux - est au quartier général de l'Aérospatiale (45 000 ouvriers). Son patron, soixante-six ans, ancien pilote d'essai, ne connaît ni les horaires, ni les jours fériés. Sa mémoire lui permet d'avoir tout dans la tête mais il aime en parler en organisant des conférences de presse impromptues. Henri Ziegler dirige les deux grands programmes aéronautiques européens : le Concorde et l'Airbus. Concorde, le seul avion supersonique commercial, entrera en service fin 1974 sur Paris-New York. Actuellement, seize appareils sont commandés, quinze en option. L'Airbus, seul moyen-courrier biréacteur, est aussi le plus silencieux des jets. Construit par la France, l'Allemagne, l'Angleterre, l'Espagne et la Hollande, il volera dans le ciel européen en 1974. Henri Ziegler espère vendre en cinq ans cent cinquante Concorde et trois cent cinquante Airbus. Pour l'Europe, ce marché représente quatre-vingt-neuf milliards de francs et du travail pour cent trente mille techniciens.